dimanche 14 janvier 2018

Les 3 habitudes qui ont transformé ma vie

Cet article participe à un carnaval d’articles inter-blogueurs ayant pour thème : « Les 3 habitudes qui ont transformé ma vie » organisé par Guillaume Blondel du blog S’épanouir au quotidien. En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez découvrir d’autres articles répondant au thème les 3 habitudes qui ont transformé ma vie.




            1. Jouer de la guitare tous les jours


Je me suis toujours considérée comme quelqu’un souffrant d’un certain manque de discipline et d’un goût prononcé pour la procrastination. J’ai beau écrire régulièrement pour mon blog, il n’en reste pas moins que je n’avance pas dans mon véritable projet d’écriture : un roman.

Or je rééquilibre mon manque de persévérance dans ce domaine depuis que je me suis mise à la guitare il y a environ trois ans. Apprendre un instrument à l’âge adulte n’est pas chose aisée, surtout lorsqu’on n’en maîtrise aucun autre. Et comme si cela ne suffisait pas, j’ai choisi un instrument plutôt ingrat qui demande beaucoup plus de patience que le piano par exemple. Je me souviens du début, cela m’a pris des semaines – si ma mémoire est bonne – avant de pouvoir jouer correctement un accord de la et de ré. Je ne pouvais même pas jouer trop longtemps à cause des fameuses douleurs aux doigts. Puis, les callosités se sont formées et j’ai passé la première étape, la deuxième, la troisième, etc., de plus en plus rapidement.

La clef : jouer tous les jours !  Cela ne sert à rien de jouer un soir pendant des heures si vous ne touchez pas la gratte les jours suivants. Même pour quelques minutes, jouez tous les jours dans le but de faire travailler votre mémoire musculaire. La douleur, l’ennui, voire l’agacement mettront quelques mois avant de laisser place au plaisir de jouer, mais une fois celui-ci installé, vous prendrez même du plaisir à aborder un nouveau morceau ou de nouveaux accords. En effet, vous le maîtriserez plus rapidement car la vitesse de progression est exponentielle. Par ailleurs, votre interprétation d’un morceau inconnu est bien moins catastrophique après quelques années de pratique qu’au début de votre apprentissage !

Ma guitare me manque lorsque je pars en vacances pendant plusieurs semaines et je paie le prix fort au retour puisque je dois reformer mes callosités. Autre avantage de cette discipline quotidienne : tout comme le sport, elle vous vide la tête car vous devez vous concentrer uniquement sur ce que vous êtes en train de faire.


           2. Faire mes propres jus de fruits


C’est une habitude symbole d’une nouvelle hygiène de vie. Depuis mes années d’étudiante, j’ai longtemps été une adepte de la « junk food » et détesté cuisiner. Je préfère toujours consacrer du temps à la lecture ou à d’autres activités plutôt qu’à mijoter de bons – dans le meilleur des cas - petits plats, notamment parce que je vis seule et que je ne vais pas me transformer en fée du logis du jour au lendemain.

En revanche, j’ai appris à apprécier des plats simples à préparer, des salades, etc., le tout avec des produits frais du marché. Je ne saurais dire quand tout cela a commencé et ne me rappelle pas avoir eu le moindre déclic. Peut-être le fait de gagner en âge tout doucement, une envie de prendre son temps et d’avoir une meilleure hygiène de vie, donc de manger mieux. Aujourd’hui, je ne me souviens pas avoir mis les pieds dans un fast-food récemment, et même si je le fais encore, autant vous dire que manger des plats surgelés ne met pas mes papilles en émoi.

Alors oui, je prépare mes propres jus de fruits car je décide moi-même de la quantité de sucre à ajouter pour qu’ils soient buvables et surtout parce que, encore une fois, c’est meilleur. Ça a bien plus le goût d’orange ou de pamplemousse qu’un jus de supermarché, pardi ! Petite astuce de quantité : 3 oranges et 1 citron  - mon jus quasi-exclusif - ou 2 pamplemousses et 1 orange.


              3. Ne plus regarder de bêtises à la télé ou sur le Web


L’envie – le besoin ? – de se divertir et de se détendre n’est pas une excuse. Comme l’a honteusement avoué Patrick le Lay, alors directeur des programmes de TF1 il y a une quinzaine d’années, les programmes ouvertement débiles qui passent en soirée à la télévision ont pour but de « vendre du temps de cerveau humain disponible aux annonceurs ». Tout est dit et je n’ai pas envie de prendre un ton moralisateur – oups, trop tard - pour analyser cette phrase car si vous passez dans le coin, c’est que vous avez un minimum de curiosité et d’esprit critique.

Mais au-delà de l’effet d’abrutissement de ces programmes, il y a le simple facteur temps. Le temps passé devant la boîte à troubadours hypnotisante, c’est du temps perdu, des heures pendant lesquelles vous auriez pu lire un bon roman, un bon essai, boire un verre avec vos amis ou que sais-je encore. Une fois de plus, je n’ai eu aucun déclic. J’ai toujours lu ET regardé des programmes totalement débiles à la télé (pas en même temps, cela va sans dire !), mais j’ai progressivement rayé la deuxième option au profit de la première. Je n’ai jamais inscrit au milieu de quelconques résolutions annuelles ou d'objectifs « ne plus regarder bla bla bla ». L’arrêt – le sevrage ? – est venu naturellement.


Quant au Web, et bien c’est encore pire ! J’ai passé des après-midi entiers perdue dans les recoins les plus obscurs de YouTube, à regarder des « Tellement Vrai : je suis amoureux de moi-même ». Je souffrais également – et je ne suis pas complètement guérie – d’une légère dépendance vis-à-vis de Twitter, car on peut dire ce qu’on veut, mais on s’y marre bien. J’ai toutefois bien levé le pouce du smartphone et je peux vous dire que j’emploie mon temps libre à des activités intellectuellement et humainement enrichissantes. J’ai lu plus de livres en 2017 qu’en 2016, j’ai écrit plus d’articles pour mon blog et j’ai rencontré plus de gens, notamment parce que j’ai dû me débarrasser de mes amis pourris, mais ça c’est une autre histoire J

12 commentaires:

  1. Ce que j'aime c'est quand j'imagine que vous envoyez bouler tout ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites-vous référence à la dernière phrase ? Oui. Il faut savoir être radical parfois.

      Supprimer
    2. Non, pas du tout, seulement de ces astreintes. Je vous sens instinctive, capable de balayer un emp(l)oi du temps prévu pour suivre un rayon de soleil !

      Supprimer
    3. Au risque de vous décevoir, cela m'arrive de moins en moins souvent. Je me tiens à ces trois habitudes, mais mon sérieux est sans doute hivernal. Les beaux jours vont peut-être tout envoyer balader !

      Supprimer
    4. Alors, vous devez être bien dans votre tête.

      Supprimer
    5. "Ah non" ? Vous n'êtes pas bien dans votre tête, pas en harmonie ? (comme le chat sur la photo)

      Supprimer
    6. Je n'aurais pas besoin d'écrire autant (à noter que je ne publie pas tout ici) si j'étais en harmonie. Ceci étant, je ressens un profond bien-être et les chats n'y sont pas pour rien.

      Supprimer
    7. Pourtant votre écriture est fluide et claire.

      Supprimer
    8. Encore heureux ! C'est tout de même le minimum :) Et quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup.

      Supprimer
  2. Moi j'adore votre écriture .
    Tout le monde ou presque veut écrire un roman .
    Vous êtes jeune vous avez le temps de peaufiner votre projet .

    C'est comme pour la guitare je crois.

    Écrire mais c'est merveilleux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Et c'est réciproque.
      Je ne suis pas si jeune que cela vous savez :)
      En revanche, je ne pense pas que tout le monde veuille écrire un roman. L'écriture et la lecture fatiguent la majorité des gens.

      Supprimer